Vous êtes ici: Accueil > Divers > Nouvelles > CMA 11

CMA 11

Les apprentis du CFA, chefs d’entreprise en herbe

Les apprentis du CFAI Henri MARTIN se sont essayés à l’entrepreneuriat en créant, pour la 3e année, des mini-entreprises éphémères. Cette opération "mini-entreprise" a permis la participation de 70 jeunes apprentis, en partenariat avec l’association "Entreprendre Pour Apprendre" et les équipes pédagogiques de l’établissement.

Pendant 5 jours, les 1ères années en CAP et BP de plusieurs secteurs d’activités (cuisine, boulangerie, pâtisserie, esthétique, coiffure et vente) ont planché d’arrache-pied sur le processus de création d’entreprise. Une semaine intensive où ils ont appréhendé les différentes étapes et les enjeux de l’entrepreneuriat : étude de marché, business plan, stratégie de communication, gestion du personnel... Autant de concepts, qu’ils ont mis en pratique pendant 4 jours, à l’aide d’outils adaptés et d’enquêtes de terrain, avant le grand jour de confrontation en temps réel : la foire commerciale, où ils ont proposé la vente de leurs prestations au public du CFAI et à certains extérieurs.

Si pour la plupart, l’expérience était une première, certains participaient pour la 2e fois à l’opération et se sont sentis plus à l’aise avec les multiples notions et responsabilités inhérentes à la gestion d’une entreprise.

Les ressentis de divers témoins en dit long sur la qualité et l’intérêt de cette manifestation. Pour Cloé Chambeurlant, en 1ère année de BP coiffure : "Nous sommes un groupe de 7 et j’ai été choisie pour remplir le rôle de directrice générale. En étant chef de l’équipe, je me suis mise à la place d’une responsable de structure et ça m’apprend beaucoup sur son rôle, ses obligations... Il faut remplir les contrats de travail par exemple, gérer le groupe, l’accueil du public... On comprend mieux à quoi sont confrontés nos patrons chez qui nous sommes en apprentissage". À la question, "cela vous a-t-il donné envie de devenir patronne ?", Cloé répond avec un grand sourire : "Oui, pourquoi pas, car aujourd’hui j’ai les bases de ce que cela signifie, même si dans la réalité ce sera plus compliqué. Cette expérience m’a permis de voir dans quoi on peut s’embarquer plus tard, en tant que chef d’entreprise". Au vu de ce témoignage, l’objectif semble atteint pour les organisateurs et les partenaires de l’opération, que sont notamment les enseignants, la Chambre de métiers et de l’artisanat et l’association Entreprendre pour apprendre.

Sylvie Bosca, présidente de la commission formation à la Chambre de métiers et de l‘Artisanat de l’Aude est ravie du résultat : "En tant qu’élus, notre objectif est de sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat, de leur en donner le goût en leur apportant une expérience et une compréhension des problématiques d’un chef d’entreprise. Car, il faut bien saisir que le geste professionnel ne suffit pas, il y a tout un contexte, autour, qu’il faut savoir gérer. En cela, cette opération est très bénéfique pour les apprentis qui auront peut-être un jour envie de créer leur propre activité et ainsi contribuer au tissu économique local". Des jeunes, qui pour certains révèlent des caractères de meneur et de futur gestionnaire. Chaque année, leur professionnalisme s’affirme, comme l’explique Renaud Roux, coordinateur de l’action, responsable du développement de l’apprentissage au CFAI : "Les jeunes partent de rien et doivent créer une prestation dans leur métier. Ils développent ainsi l’esprit d’entreprendre, une autonomie et une prise de confiance en soi. Cela les responsabilise". Une action largement félicitée par Jacques Berthon, vice-président d’Entreprendre pour apprendre : "On intervient sur ce genre d’actions, et d’autres, à travers toute la France. Ici, j’observe une véritable dynamique et un investissement exceptionnel de la part des enseignants et des responsables, qui jouent le jeu à fond. Une condition importante pour la réussite du projet".

À noter que tous les bénéfices obtenus des prestations (vente de t-shirt, de produits en boulangerie, pâtisserie, de services en esthétique ou en coiffure et le repas du midi préparé par les apprentis cuisiniers), ont été reversés, lors de la distribution des prix ce vendredi 28 juin, au service pédiatrique de l’hôpital de Narbonne.

Que du bonheur, et des valeurs !

Recherche